Poème 123228

La retraite de la scolopendre me poursuivait

Sous chaque portugaise, je voyais un acrostiche

Jamais plus je n'ouvrirais la grande tique de la petite météorologie

Sous chaque cerisaie, je voyais un xylophone

cliquez ici pour le poème suivant
Tous nos poèmes sont générés automatiquement par le module GenPro v.2.

Expliquez-moi
Encyclopédie Littérature Romans Bloc-notes Poésie Géographie Exposition Expliquez-moi Contact Accueil du site
... cliquez ici pour éclairer ...
Voyez nos romans tansformistes
Encyclopédie mutante
Découvrez l'ébauche de notre roman électronique
J'ai de la chance
Eït Brezelmann
Généré le 23/11/2014 ... à 17:50:33

Génération de poèmes automatiques ... explication ... mode d´emploi ...
GenPo.V2 © nordmann 2005